F A C E : Mathilde concy alias jahjah rose.

JahJah Rose.

J’ai rencontré Jahjah alors que je faisais ma 1ère année de BTS communication, elle est de celle qui vous marque, avec son sourire pétillant, et sa joie de vivre.

Mathilde — c’est son état civil — est née un jour de septembre, à Fort-de-France. Une ville qui rime avec naissance, qui rime avec enfance. Pourtant, une part d’elle-même est zaïroise, kinoise, qui va rimer — ou se heurter — avec absence.

Sans oublier de faire parfois rugir en elle la fibre africaine, elle garde la marque de ces îles, de cette origine, de ces racines, qu’on n’efface pas. Un accent, quand elle parle si joliment créole. Créole dans l’âme, comme on défend sa culture. Créole dans son caractère, car Mathilde sait ce qu’elle veut. Créole jusque dans sa couleur, car elle n’est pas une fille fade. Elle sait faire preuve de goût.

10624602_734874939935848_4621644898746738397_n

Quand on part de Martinique, pour venir à Paris, ce n’est pas si facile. On ne peut pas oublier… Elle a déjà sa direction dans la tête, même sans connaître encore l’itinéraire, une ambition que la réalité ne résout pas. La réalité est un fardeau, un obstacle.

1512097_549953471761330_2093198027_o

Alors, on se fait appeler JahJah… parce que le reggae fait une vraie intrusion dans son univers. Une musique est d’abord dans la tête. Et ces années-là vont être, pour elle, une musique, un mode de pensée, un mode de vie, un idéal, et quelques tournages de clip aux Caraïbes.
D’autres idéaux viendront compléter la gamme :
– Organiser des soirées avec un ami en se disant qu’un jour elle en serait la tête d’affiche,
– Planifier des artistes pour un label en se disant qu’un jour elle serait elle-même artiste,
– Faire ses recherches pour s’habiller en se disant qu’un jour elle porterait les créations d’un styliste, se passionner pour le cinéma en y voyant des rôles qu’elle pourrait tenir.

11667302_842849189138422_7604521580271970032_n

Ce qu’elle réalise, juste après ses dix-huit ans, n’est donc pas étonnant. Cette incursion dans la musique et ses oreilles ouvertes aux talents du monde entier lui valent d’animer une émission sur Radio FM Mizik, « le chaud de JahJah Rose », dans laquelle elle fait part, d’une voix grave, sensuelle et chaleureuse, de ses découvertes et de ses vibrations. Mais ce n’est qu’un coup de pinceau sur sa palette, qu’une facette de sa panoplie.

Elle considère l’Art au sens large, dans sa plénitude.

1235473_499626916793986_1975732609_n

Tout d’abord, il y a la mode, à travers les défilés dans lesquels elle se fait l’ambassadrice de la beauté afro-antillaise, et les séances de prise de vues au cours desquelles elle exprime les émotions qui l’animent, pour qu’un magazine, un catalogue, une campagne de publicité les fassent paraître.
Et les podiums ne sont plus tout à fait eux-mêmes, lorsqu’elle vient les fouler de son pas délicat et harmonieux, dans un rythme qu’elle a, de toutes façons, dans la peau.

Durant l’été 2013, pas moins de trois titres de la presse ont pris l’initiative de diffuser son image, et à plusieurs reprises pour chacun d’entre eux : celle d’une femme d’affaires habillée par une grande marque, ou celle d’une jeune fille très tendance qui se crée sa propre garde-robe, mettant en valeur son corps par quelques touches dont elle a le secret, ou encore celle du mannequin qui mène a bien sa prestation lors d’un fashion show.

11907198_864732163616791_1403881785200021673_n

Tout ce qui arrive ne survient pas simplement par hasard. JahJah est à la fois présente sur les plateaux télévisés, pour des émissions en Martinique et ailleurs, sur les écrans de cinéma, comme actrice de complément aux côtés de Gérard Depardieu et Tim Roth, au milieu des personnalités lors de spectacles et de gala de bienfaisance, hôtesse sur les salons professionnels ou lors de grands événements, et même sur scène en tant que présentatrice… Dans la tête de ceux qui l’ont rencontrée, elle est présente aussi, car elle sait marquer les esprits.

michel-planque

Une vocation dans laquelle le sport a aussi sa place, du basket à l’athlétisme. Elle est une icône de son époque, un des reflets les plus brillants de la jeunesse émergente, un nouveau visage qui cache de nombreux potentiels qui ne demandent qu’à se révéler.

Ses prières ont su lui offrir, un père adoptif, sans doute une des expériences les plus importantes de l’existence qui lui a fait défaut jusqu’à présent.

Un peu de douceur de vivre, ça fait du bien, quand la majeure partie de sa vie est consacrée à une lutte sans merci, pour sauver sa peau… Et sa peau a la couleur de l’ébène, un bois qui est aussi dense que son cœur. Et dans ce bois, la nature a taillé les meilleurs morceaux pour en faire cette précieuse silhouette et ce sourire jaillissant du creux de ses fossettes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s